« Consultation citoyenne » sur la privatisation de La Poste

Vous trouverez le voeu que j’ai déposé avec G. Sarre au nom du Groupe MRC au Conseil de Paris sur : http://elusmrc75.unblog.fr/

Ce blog est en cours de construction mais vous y verrez quand même qu’il a fallu employer beaucoup de conviction pour que l’ensemble de la majorité municipale vote ce voeu !

Défendre Bertrand Delanoë ? Eh bien : oui !

Lisez jusqu’au bout : il s’agit de défendre le maire de Paris à propos des augmentations d’impôts, pas lorsqu’il présente la liste europénne conduite pas son ami Harlem Désir… !!!

Avez-vous vu qu’aujourd’hui on s’en prend aux communes qui augmentent les impôts locaux et ceci sans la moindre explication du pourquoi… mise à part, on le reconnait, la baisse des taux de mutation. Et bien sûr, on cite Paris !

Alors juste une précision. Savez-vous qu’à Paris l’imposition reposait uniquement sur les locataires, qu’il n’existait pas, jusqu’alors, de taxe foncière ? Croyez-vous qu’à Paris, les propiétaires sont de pauvres gens qu’il faut protéger de l’impôt ? Et savez-vous à quoi correspond pour ces classes, comme on dit, « moyennes supérieures » et « supérieures » de la société, l’aumentation parisienne des impôts ? A, en moyenne, 150 € !!!

Eh bien oui, j’ai voté l’augmentation d’impôts. Et je crois bien que je le referai l’année prochaine !

Est-il bien de sequestrer des patrons ?

Est-il bien de détruire des emplois ? Est-il bien de délocaliser et de condamner des régions entières ? Est-il bien de jeter à la rue des familles sans ressources ? Est-il bien de laisser une jeunesse sans avenir ? Est-il bien de considérer qu’un travailleur de 45 ans n’est plus employable ? Est-il bien de distribuer d’un côté, des stock-options et des parachutes dorés et de l’autre, des primes annuelles de 100 euros aux familles en difficulté ? Est-il bien de prolonger le bouclier fiscal ?Est-il bien …

Et si je vous avouais que j’ai, de temps en temps, le sentiment qu’une bonne baffe ça soulage ?

L’Otan et Strasbourg

Je ne dirai rien sur le fond. Tout a été dit.

C’est la revanche du petit Sarkozy qui, en 2003, n’avait pu contrer Chirac et clamer son souhait d’envoyer l’armée française en Irak servir sous commandement américain. Comme le souligne très bien Jean-Luc Mélanchon, tous les partisans de cette guerre ont eu droit à leur promotion : Kouchner, Lellouche, Poniatowski… Quant à ceux qui prétendent qu’il vaut mieux être dans l’avion pour pouvoir le piloter, Georges Sarre a raison de leur répondre qu’ils oublient qu’il n’ya qu’un seul pilote dans l’avion : les Etats-Unis.

Un mot sur la façon dont a été gérée la sécurité à Strasbourg. Un scandale ! Une zone occupée  où l’on ne circule pas sans un badge ! Une sécurité contrôlée par des militaires américains (comme ça vous saurez ce que c’est que l’Otan, mes compatriotes !).

Et bien sûr les quartiers populaires abandonnés aux casseurs.

Jamais, contrairement à certains «  altermondialistes  », je ne soutiendrai ceux qui saccagent les magasins, les habitations, les établissements publics, … pour le plus grand malheur de ceux qui en ont le plus grand besoin : le peuple. Ce ne sont pas les nantis qui souffrent de ce qui s’est passé à Strasbourg. Mais que faisait la direction de la police pendant ce temps là ? Pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour que des ordres sopient donnés ? Croyez-vous au hasard ?

G20

Qu’est-il sorti de ce G20 ? Rien me dira-t-on. Je ne suis pas d’accord. Il en est sorti une confirmation : c’est toujours la même idéologie qui est au pouvoir et c’est toujours les intérêts de la finance qui seront préservés.

Pour rire d’abord : la liste des paradis fiscaux. Echange entre le Royaume Uni et la Chine : ni les îles sous domination britannique ni Hong-Kong et Macao. La Suisse et le Luxembourg ne seront pas sur la liste noire. Jersey et Guernesey ne seront sur aucune liste : elles sont dans le droit international. Si, si ! Vous verrez que dans quelque temps la « liste noire » sera vide et que la « grise » disparaîtra des esprits ! ! !

Obama ensuite. Franchement j’en ai un peu marre de cette «  pipolisation  » du président américain. Notre presse, principalement, est vraiment au dessous de tout. Occupée à compter le nombre de limousines qui suivent le président ou à commenter la réception chez la Reine Elisabeth II. Quid de ses décisions politiques et économiques pour relancer son pays. Quid de ses difficultés avec les financiers et le patronnat étatsunien. Quid de ses divergences d’approche avec Sarkozy. Quid de sa volonté de défendre les intérêts de son pays y compris contre ceux des europénes. Rien.

Quant aux mesures prises pour « relancer l’économie mondiale », rassurez-vous : rien non plus.

95% pour la départementalisation à Mayotte

Bienvenue dans la communauté nationale à nos compatriotes mahorais !

Il ne m’est pas indifférent que dans cette île, désormais  101ème département français, s’appliquent enfin (dans quelques temps), à tous et à toutes, les lois de la République et non celles des cadis !

Lettre de Lucien Jallamion

Lucien Jallamion est un très ancien compagnon de route du CERES, de Socialisme et République, du MDC et du MRC. Il y a exercé de nombreuses responsabilités toutes liées à l’action de cette « mouvance » en direction du Monde du Travail. Il me demande de publier la lettre qu’il a adressée à Georges Sarre et au 1er secrétaire de la fédération de Paris du MRC, Bretrand Dutheil de la Rochère. Je le fais très volontiers.

Cher Georges, cher Bertrand

C’est avec quelques regrets que, rentrant de province, j’ai constaté que nous n’acceptions pas de faire alliance avec le Front de gauche. Après lecture des différents textes écrits sur plusieurs blogs, je tiens à vous informer que je ne partage nullement cette position. J’entends bien que les torts ne sont pas forcément du coté du MRC et loin de moi l’idée d’en faire d’ailleurs porter la responsabilité au MRC, mais permettez moi de penser que les torts sont certainement partagés. Lorsque j’ai adhéré au CERES en 1972 puis rejoint, par la suite, le Parti socialiste, j’étais loin d’être convaincu que ce parti était vraiment pour la République sociale, (le CERES oui, au moins dans ses revues) et pourtant j’ai continué l’aventure même si parfois j’ai eu des débats importants avec certains d’entre nous.

Dans le contexte actuel de régression sociale sans précédent que nous subissons il me semble que le monde du travail mérite mieux qu’un texte sentant la suffisance. Quant à la volonté soi disant « de plumer la volaille républicaine », permettez moi de ne pas partager cette analyse qui démontre notre isolement et la méconnaissance complète des forces existantes dans le Front de gauche. Il en existe certainement mais de là à mettre tout le monde dans le même panier c’est un pas que je ne franchirai pas. Une union est le résultat d’un rapport de forces, mais elle doit aussi de prendre en compte l’aspiration profonde des classes populaires (oh le gros mot !). Je ne pense pas que celles-ci comprennent notre positionnement et elles ne sont pas prêtes à attendre 2012 pour une alliance MRC-PS et … sur quelle base ? J’ai activement participé à la campagne des présidentielles en 2007 par des déplacements dans les départements. Franchement je ne pense pas que nous avions moins de divergences avec nombre de socialistes qu’aujourd’hui avec les participants du Front de gauche,  et pourtant nous y sommes allés !

C’est pourquoi, avec regret, je tiens à vous informer que je me mets en congé du MRC.

Avec toutes mes amitiés,

Lucien Jallamion

NB : Vous pouvez informer de ma décision qui vous jugerez utile y compris JPC et Jean-Luc.

CN du MRC (suite)

Je vous invite à visiter le blog de Michel Sorin : http://mrc53.over-blog.com/

Michel étant plus disert que moi, vous y trouverez  le texte, qu’avec plusieurs camarades de différentes fédérations, nous avons soumis au vote, par la voix de Michel Sorin, face à celui de JPC qui scelle la fin du combat et la mise en vacances du MRC. Notre texte, écrit rapidement, un peu de bric et de broc, n’avait pour ambition que de demander aux camarades du CN de ne pas baisser les bras…

22 mars : triste Conseil national du MRC

Je m’exprimerai plus tard sur ce que je pense de la manière dont s’est déroulé le CN du MRC du dimanche 22 mars, mais également l’ensemble des négociations. En attendant, vous trouverez ci-dessous le texte de mon intervention :

« Ce n’est vraiment pas une nouvelle : nous avons des désaccords importants avec le parti communiste, avec le PG, encore plus sans doute avec les Alternatifs et la Gauche unitaire. Le texte auquel sont arrivés, après beaucoup de travail dont il faut les remercier, nos négociateurs, n’est pas un texte qui serait issu d’un congrès du MRC.

On se demande si ce texte est acceptable ?Je me demande, moi, si, sérieusement, c’est la bonne question.

Pourquoi ? Parce que je me souviens. Je me souviens que nous avons fait liste commune avec le PS. Alors je sais ce que valent les textes

Croyez-vous que JL Mélenchon est en accord avec ce texte ? Eh bien allez voir sur le site de son parti ses options sur l’Europe. Il s’en moque du texte Jean-Luc Mélenchon ! Il joue une échéance. Si le Front de Gauche fait un score et si nous n’en sommes pas, le seul vainqueur sera JL Mélenchon. Et c’est lui qui comptera en 2012. Pas nous. Nous auxquels on répète que la seule échéance qui compte est la présidentielle !

Revenons à nous justement.

Nous sommes des républicains. De gauche. Vous savez que ma conception de la République ne peut se confondre avec la droite. J’ai eu l’occasion de développer cette idée ; je n’y reviens pas. Nous croyons à la souveraineté nationale. J’espère qu’elle se confond avec la souveraineté populaire. Sinon c’est quoi la souveraineté nationale ? Qui la porte ?

Nous n’avons pas la même conception de la construction européenne. Ce n’est pas une découverte.

Alors, qu’avons-nous de commun avec le PCF et le PG ? Nos refus. Nos refus de l’Europe libérale. Ce n’est pas grand-chose mais c’est déjà ça.

Et c’est beaucoup plus que ce que nous avons avec le PS ! Ce qui ne nous a pas empêché de faire liste commune avec lui. Nous avions alors subi une campagne « européiste ». Je me souviens des tracts avec le petit encart MRC qui disait le contraire de l’ensemble du texte distribué.

Si le problème c’est le texte, alors pourquoi avions-nous accepté d’être présents sur cette liste ?… Parce que, politiquement, nous voulions avoir des élus. Et nous avons eu 2 élus -dont l’une était autant chez nous que moi je suis évêque, mais bon…- Et pourtant, à l’époque, nous avions eu raison de faire cette alliance. Indépendamment du texte.

J’ai bien écouté Guillaume Vuilletet et je crois qu’il a dit 2 choses intéressantes :

- il aurait voulu faire l’alliance avec le PS car ça aurait été le signe que celui-ci aurait voulu renouer avec le peuple ;

- il aurait voulu faire alliance avec le Front de Gauche car ça aurait été le signe qu’ils auraient renoué avec la Nation.

Mais, mes camarades, si tout ça avait eu lieu le MRC ne ferait pas 1%, soit il ferait 40% soit il n’existerait plus car il n’aurait plus de raisons d’exister ayant gagné idéologiquement. Mais nous n’en sommes pas là. Il faut partir de la réalité. Et la réalité c’est que notre choix d’alliance ne peut être fait qu’avec des gens avec lesquels nous sommes en désaccord !

Je n’ai, pour ma part, jamais eu de rapports schizophréniques avec le PS. J’ai, au contraire, toujours dit qu’il était divers dans sa base, qu’il ne fallait pas lui appliquer un ostracisme systématique. Reconnaissez qu’à l’époque ce n’était pas très porteur au MRC.

Vous savez, moi, une alliance avec le PS ne m’aurait pas horrifiée sur le fond. Parce que je sais bien que ça ne nous aurait pas contaminés. Que nous serions restés ce que nous sommes.Si j’étais contre une alliance avec le PS c’est que je pensais que c’était stratégiquement inutile. Une grande partie du peuple n’a plus confiance en ce parti et ne vote pour lui que par défaut. Cette grande partie du peuple cherche une autre issue, un autre espoir.

C’est la seule et la vraie raison de mon souhait que nous participions à ce Front de Gauche. Redonner un espoir au peuple me paraît être une vraie ambition. Plus même : une nécessité ! 

Alors je vois tout de suite ce qu’on va me répondre : cet assemblage est incapable d’avoir une cohérence pour gouverner (par parenthèse : quelle est celle d’un accord avec le PS ?) et ce manque de cohérence tromperait le peuple. Chers camarades, si vous pensez que nous en sommes à gouverner, vous êtes trop optimistes ! La gauche militante n’en est pas encore là. Le débat est sur la table et j’ai bien peur pour longtemps. D’ailleurs beaucoup l’ont dit : ce n’est pas pour demain le retour de la Gauche, d’une Gauche fidèle au peuple, au pouvoir. D’ailleurs, je pense de plus en plus que seule une gauche fidèle au peuple pourra y revenir.

Je crois, comme d’autres, que tout n’est pas pourri au royaume de Martine Aubry. Qu’il existe beaucoup de camarades PS, quelques uns au sommet, beaucoup plus chez les militants (rappelez-vous 2005 !) qui sont intéressés par nos analyses et finalement assez proches de nos idées. C’est vers ces camarades, nombreux, qu’un signe important serait utile. Ce signe ce pourrait être une liste à la Gauche du PS, mais pas d’extrême gauche, qui ferait un score non ridicule.

Ne caricaturons pas ce Front de gauche ! Le PCF n’est plus celui de Marchais mais il n’est pas plus, de manière monolithique, un parti boboïsant ; il est divers et il y a des républicains : nous en cotoyons au Conseil de Paris. Quant au Parti de Gauche, toute la gauche y est présente, des ultra écolos aux vrais républicains –ces derniers pour partie issus de nos rangs. Arrêtons de caricaturer ce parti aussi divers que nous l’étions en 1992 lorsqu’on nous appelait le «  Mouvement du Coin  » !

Si nous ne nous battons pas aux côtés de ceux qui se battent vraiment (« mal », oui, je le sais, « mal ») contre le libéralisme, alors que 3 millions de personnes défilent dans les rues où serons-nous ? Et pourquoi pensez-vous qu’il y ait 3 millions de personnes dans les rues ? Parce que il y a le front uni syndical pas parce qu’ils sont d’accord avec un texte commun.

Les organisations syndicales ne savent pas quoi faire de ce succès ? Moi non plus, comme Georges SARRE, je ne leur jetterai pas la pierre. Ce serait un comble car ce sont bien les politiques, nous y compris, qui portent la responsabilité de donner un débouché politique aux luttes sociales !

Notre rôle c’est de construire (et, pour reprendre nos terminologies habituelles, ce n’est pas une stratégie de fusil à un coup mais plutôt celle de la longue marche), construire patiemment et sans relâche une force de gauche.

Alors j’ai bien compris qu’on nous appelle à fermer cette porte.

Je vous dirais donc ma très grande crainte sur l’avenir de notre mouvement. Je le dis avec sérénité, -moi que l’on a soupçonné de vouloir rejoindre Mélenchon, … même si je n’ai participé à aucun meeting ou débat sur internet- : je suis née politiquement dans la mouvance MRC et je mourrai -le plus tard possible- au MRC. Mais je sais, bien qu’on ne veuille pas le dire tout haut, que beaucoup de camarades ne resteront pas l’arme au pied dans cette campagne. A quoi ça sert de se le cacher ?

Si, au moins, on pouvait, comme l’ont proposé entre autres Jean-Pierre Lettron, Michel Sorin, Catherine Coutard et d’une certaine manière Georges Sarre, ne pas apparaître comme les casseurs de cette dynamique. Votons un texte sur la base de ce qu’a demandé Catherine Coutard et proposons le à nos partenaires. Sans cela mes camarades, le Front de Gauche n’aura peut-être pas les  » cadres  » du MRC, mais il aura les militants et les colleurs d’affiche… enfin ceux qui restent.

Ne considérons pas aujourd’hui que les choses sont terminées.

Etre présents dans ces élections ne va peut-être pas nous sauver. Etre absents risque de nous faire très mal. Et si Pierre Dubreuil disait tout à l’heure : «  l’important c’est qu’il nous reste nos valeurs  », c’est vrai mais nous serons combien pour les porter ? »

6èmes « Vendémiaires » de Résistance sociale

Hier, samedi 15 mars 2009, se sont tenues les 6èmes Vendémiaires (décalées !) de Résistance sociale.

Je voudrais tout d’abord remercier Jacques Boutault, le maire « Les Verts » du 2ème arrondissement de Paris qui nous a gentillement reçus dans sa mairie soulignant dans son intervention d’accueil combien il était attaché à ce que les maisons communes restent des lieux de débat ouverts.

Le thème de cette journée était « Quelle issue à la crise ? ». Je ne résumerai pas ici les différentes interventions : ce serait trop long et nous allons essayer de publier prochainement un numéro de RESO sur le sujet.

Je voudrais juste dire ma fierté et celle de tous mes camarades qui ont, en 3 semaines, préparé cette journée, qui s’est déroulée devant un public nombreux, atttentif et participatif. Ma fierté, celle de tout le CA de RESO d’avoir pu, une nouvelle fois, faire discuter entre eux des responsables de nombreuses organisations syndicales (Solidaires, CFDT, CGT, FO, CGC), d’associations (Convergence des SP, collectifs hospitalier ou postal), de partis politiques (PS, PCF, MRC, PG) dans un climat de respect de l’autre et avec une volonté de construire des réponses pour une sortie de crise qui ne se fasse pas sur le dos des salariés.

Puis-je me permettre de souhaiter que les organisations politiques en prennent un peu de la graine ?

Merci à :

- Bernadette Alevano (collectif hospitalier), Gérard Filoche (PS), Catherine Lebrun (Solidaires), Patrick Quinqueton (MRC) pour la table-ronde du matin,

-Jean-Pierre Forbe (CGC), Patrick Hallinger (CGT), Michel Jallamion (RESO), Pierre Laurent (PCF), pour le déjeuner-débat,

-Didier Rossi (Collectif Poste – FO) pour son témoignage sur les luttes de défense du service public postal,

-Rémi Aufrère (CFDT), François Delapierre (PG), Francis Parny (PCF), Georges Sarre (MRC) pour la dernière table-ronde,

et aux animateurs des débats : JP Lettron et JC Chailley !

Maintenant je vous abandonne une semaine ayant quelque besoin de repos et vous souhaite une superbe manif le 19 mars !

1...7778798081...83



MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement
| meimou