Pour moi, pas d’hommage à Giscard

Je reprends ci-dessous mon post sur facebook :

Il semblerait que quand quelqu’un meurt, il a droit à son hagiographie. Eh bien tant pis, je ne me joindrai pas au concert de louanges pour Giscard.

Certes, il a été capable de comprendre que le temps était venu de réformes sociétales importantes (l’avortement, même s’il faut surtout attribuer la loi à Simone Veil, le divorce par consentement mutuel par exemple, et pour ces 2 exemples, le terrain avait été préparé par l’opinion publique et/ou de nombreuses manifestations -pour ne pas dire plus !), par contre la casse de l’ORTF, instaurer la concurrence au sein de l’audiovisuel public, était-ce une bonne chose ?

Et mettre en berne les drapeaux de la République pour la mort de Franco… !?

Pour ce qui est du social, Giscard était un fichu réac qui méprisait le peuple.

Et c’est avec lui que notre pays a pris le tournant du libéralisme.

Alors, franchement, que Macron lui rende hommage, quoi de plus naturel… mais quand je vois certains amis se fourvoyer ainsi…

Mon édito dans le bulletin de novembre 2020 de RESO

Si cette loi était vraiment une tentative de lutter contre le terrorisme islamiste, on la regarderait avec attention bien que ce gouvernement n’est pas le mieux placé pour le faire et qu’on ne peut avoir aucune confiance en ceux qui ont créé toutes les conditions pour que l’islamisme se développe dans des quartiers abandonnés par les outils de la République. Mais la proposition de loi LREM dite « sécurité globale » est d’abord l’occasion de rogner la liberté d’expression -qui fait pourtant tant peur aux intégristes !- par l’article 24 qui prévoit d’interdire la prise et la diffusion de photos montrant des policiers outrepassant leurs droits et/ou faisant preuve de violence. Nous avons tous à l’esprit la répression contre les « Gilets jaunes ». Faire bastonner le populo par des forces de l’ordre à la solde des riches serait la mission de notre police ? Et pendant ce temps on laissait les black-blocs casser à l’aise pour discréditer tout mouvement de contestation. Ce n’est pas la tradition française. La police, majoritairement républicaine, a, au contraire, tout à gagner que ses éléments réactionnaires, violents et racistes soient clairement dénoncés. Et punis.

Mais la méthode du gouvernement n’est pas nouvelle. De la même façon, il s’est servi des lois d’urgence liées à la pandémie pour rogner les droits des salariés et mettre au pas la société française. Le droit de manifester a encore récemment été mis en cause comme le démontrent les mesures prises contre les citoyens et salariés qui s’opposaient, ô combien justement, à la fermeture de l’hôpital Hôtel-Dieu à Paris.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le bulletin de novembre 2020 de RESO’

Pétition pour la Sécurité sociale, SIGNEZ !!!

A l’initiative de la Convergence Services publics et de la Coordination Hôpitaux et maternités de proximité, une pétition, Pour que vive la Sécu, a été lancée le 14 novembre.

Réunis à Saint-Étienne, à l’occasion du 75ème anniversaire de l’ordonnance du 4 octobre 1945 créant la Sécurité Sociale, nous appelons à créer les conditions d’une large mobilisation, d’actions d’éducation populaire, de gestes symboliques, comme nommer des rues Ambroise Croizat, des débats, et des temps forts communs.
Nous devons créer le rapport de force nécessaire pour que le financement de la Sécurité Sociale réponde aux besoins de la population au lieu de viser à réaliser de nouvelles économies.

Texte complet et signature ci-dessous :

https://www.petitionenligne.net/pour_que_vive_la_secu?fbclid=IwAR1F969QiB9Yko6Z_iK5d4Yo0Quv2QAl4k_B0T4IwOrkPeVHk8uZjm5IHkg#share

 

75ème anniversaire de la Sécurité sociale

La Convergence Services publics, présidée par Michel Jallamion, a organisé le 14 novembre à St Etienne une journée de réflexion sur la Sécurité sociale.

Vous trouverez sur ce lien une partie des débats.

https://fb.watch/1Yw61BosyZ/

 Et ci-dessous, l’Appel pour que vive la Sécu !

https://www.convergence-sp.fr/appel-pour-que-vive-la-secu/

En forme de réflexion sur la nécessaire exégèse de l’islam…

A lire ! Caricatures de Mahomet» – Youssef Seddik : «Les musulmans ne devraient pas se sentir concernés» par Frida Dahmani

Pour l’islamologue et philosophe tunisien, les musulmans doivent reconsidérer leur perception de leur histoire religieuse. Et soumettre les textes sacrés à un examen rationnel.

On n »est pas obligé d’être d’accord avec tout ; moi par exemple, le fait de dire qu’il faut prendre tous les terroristes vivants afin de pouvoir étudier leur pensée, au risque de nouvelles victimes, ça m’interroge.

Mais écoutez Youssef Seddik à propos des caricatures : (…) Lire la suite de ‘En forme de réflexion sur la nécessaire exégèse de l’islam…’

Mon édito dans le bulletin Réso d’octobre 2020

A Samuel Paty, nous devons de nous souvenir du courage dont il a fait preuve pour s’affronter au tabou des caricatures afin d’exposer à ses élèves ce qu’est la liberté d’expression.

A Samuel Paty, nous devons d’emprunter un peu de ce courage pour cesser de nous incliner devant les injonctions des islamistes.

A Samuel Paty, nous devons la vérité, celle de ne plus trouver d’excuses à ceux qui, au nom de la pratique intégriste d’une religion, sèment la crainte dans nos quartiers et tuent.

Combat laïque, combat social. L’un et l’autre sont indissociables. L’un ne surpasse pas l’autre. Et on ne mène pas l’un sans l’autre. Le peuple ne le veut pas et nous reste sourd quand on l’oublie.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le bulletin Réso d’octobre 2020′

« Ras le bol » dit Kamel Bencheikh

Je publie ci-dessous un post paru dans Facebook de mon ami Kamel :
Ras-le-bol !
J’en ai ras-le-bol d’être Charlie, ras-le-bol d’être le Bataclan, ras-le-bol d’être les terrasses, ras-le-bol d’être Samuel Paty, ras-le-bol d’être Nice…
Des centaines de mes compatriotes ont été fauchés depuis trop longtemps pour que j’accepte de me taire et de me métamorphoser en victimes multiples et innombrables, et ça continue toujours à un rythme de plus en plus effréné.
Ras-le-bol de parler de massacres, d’horreur, d’abjection, de barbarie innommable et qu’il faut pourtant sans cesse nommer puisqu’il s’agit toujours de l’islamisme.
Ras-le-bol de devoir respecter des minutes de silence, de battre le pavé pour apporter mon soutien à la République agressée et ma compassion aux familles des victimes.
Il est grand temps maintenant que la France réagisse, et qu’elle réagisse vigoureusement, que les armes de la République soient utilisées énergiquement contre ses ennemis et que les politiques comprennent enfin que l’intégrité de notre pays est en danger. Pour ce faire, il convient de toute urgence de fermer toutes les mosquées qui, de près ou de loin, montrent la moindre sympathie pour cette idéologie mortifère, que les imams étrangers ne soient plus acceptés dans notre pays et que ceux qui sont à demeure soient expulsés sans autre forme de procès, que la déchéance de la nationalité soit appliquée à ceux qui ont aidé les assassins de quelle que manière que ce soit, que l’Algérie et le Maroc essentiellement se mêlent de leur religion, chez eux,  et n’aient plus aucun regard sur le fonctionnement de la hiérarchie de l’islam de France (à moins qu’il leur vient la bonne idée d’éjecter la religion de toutes les réflexions publiques), que tout ce qui est  contraire à la loi soit interdit dans le paysage : prières de rues, burqa, polygamie cachée…
C’est sur ces bases qu’il convient de lutter contre les agresseurs de notre unité républicaine et de sauvegarder les liens qui nous unissent au drapeau et aux valeurs qui nous caractérisent.

L’Appel des 49 pour la Laïcité

Ne capitulons pas, ne capitulons plus !

Pour un rassemblement laïque des citoyens

La mort d’un professeur de collège vient d’ébranler la France, cristallisant toutes les aspirations et les préoccupations d’un peuple, tant est immense sa portée.

On a tué un homme. De la manière la plus barbare et la plus expressive qui soit, dans le rituel codifié d’exécution religieuse de l’islam radical. On a assassiné un homme pour avoir accompli sa tâche avec modestie et sans frémir. On a exécuté un professeur qui remplissait la mission la plus noble, celle de contribuer à l’émancipation et à la construction de la conscience des jeunes élèves dont il avait la charge pédagogique et morale. On s’est attaqué au creuset de la République, son École.

Avec près de 300 morts dont le souvenir pèse sur nos cœurs depuis 2012, ce mort-là est l’électrochoc qui donne aux Français la force de ne plus accepter l’inacceptable. Et comme dans ces sursauts que peuvent accomplir les peuples souverains lorsqu’ils prennent conscience de leur unité, en quelques jours ce qui semblait impossible devient possible et s’accomplit même déjà.

Lire la suite de ‘L’Appel des 49 pour la Laïcité’

Mon édito dans le bulletin RESO de septembre 2020

Une rentrée chaude en perspective disais-je dans le précédent édito. Force est de constater que la crise sanitaire bloque toujours les énergies. Les manifestations organisées le 17 septembre notamment par la CGT et Solidaires n’ont pas attiré autant de monde que la situation sociale aurait pu le laisser penser. Pourtant les plans sociaux commencent ici ou là à être annoncés parfois par des entreprises qui ont touché de confortables subsides de l’Etat comme c’est le cas pour Bridgestone. Le gouvernement montre les muscles mais concrètement que fait-il ? Pas grand-chose. Il refuse toujours de prendre les mesures nécessaires comme une nationalisation.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le bulletin RESO de septembre 2020′

Rassemblement républicain, place de la République à Paris

Bien évidemment, j’appelle quiconque est parisien le 22 septembre à participer à ce rassemblement !

Et je publie ci-dessous cette tribune de Marianne, déjà reprise par Résistance sociale :

N’hésitez pas à la signer à votre tour à l’adresse suivante :

https://www.marianne.net/debattons/tribunes

La racialisation de la question sociale est une impasse

 Alors que notre pays traverse une grave crise sociale, qui touche l’ensemble des membres de notre société, certains se sont emparés de l’affaire Georges Floyd pour tenter d’assimiler la France à un pays raciste.

NOTRE HISTOIRE

Rappelons que notre pays n’a jamais connu la ségrégation, qu’il a été le premier, au nom de l’égalité, à abolir l’esclavage dès l’apparition de la République (1794), puis définitivement dès son retour en 1848, et qu’avec la fin du colonialisme – que ses propres idéaux condamnaient – il a parié sur l’égalité, rejetant les séparations selon les différences pour favoriser le mélange. Il a su donner les mêmes droits civils, économiques et sociaux à chacun, pour dépasser par le haut les contradictions du passé.

Cela a été le fait non seulement du combat des républicains, mais aussi des luttes sociales dont bien des acquis sont inscrits dans notre Constitution. C’est une chance pour tous ! C’est d’ailleurs ce qui justifie aux yeux de bien des migrants de rejoindre notre territoire, la France étant devenue depuis 2019 la première terre d’asile d’Europe.

Lire la suite de ‘Rassemblement républicain, place de la République à Paris’

1...56789...83



MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement
| meimou