Mon édito sur RESO de février

Les mois se suivent et se ressemblent. Le gouvernement poursuit méthodiquement sa casse des services publics. Après le code du travail, après la diminution drastique des emplois aidés, après les réductions de personnels dans les hôpitaux, après les menaces contre l’ensemble de la fonction publique, c’est maintenant au tour de la SNCF de faire les frais de la politique ultra-libérale de Macron et de son gouvernement. Dans le droit fil des décisions de Margareth Thatcher en Grande-Bretagne il y a vingt ans, Edouard Philippe et son gouvernement veulent mettre en place la privatisation des chemins de fer en France, revenant ainsi 80 ans en arrière. Le prétexte : la mise en concurrence du transport « voyageurs » voulue par la Commission européenne avec l’aval des gouvernements. Et pourtant, comme le reconnaît le rapport Spinetta lui-même, la SNCF fonctionne bien malgré des retards pour certains trains et des défaillances du réseau qui a besoin d’être modernisé à grande échelle puisque son entretien a été -on peut le penser : intentionnellement- négligé depuis des années. Tout cela dans le contexte d’un endettement important. Pourtant, comme on l’a vu outre-manche, ce n’est pas la privatisation qui va pouvoir remédier à cette situation, bien au contraire. Comme on l’a vu pour d’autres services publics, la mise en concurrence a pour première conséquence de renchérir les coûts des opérateurs historiques qui perdent des parts de marchés sur les lignes les plus rentables et ne peuvent plus pratiquer une péréquation suffisante, permettant d’éviter un coût exorbitant pour les usagers des lignes locales qui n’ont le plus souvent pas d’autre moyen de transport. Et pour toute réponse à ce problème, le gouvernement envisage la fermeture de ces lignes. Mais, on l’a vu en Grande-Bretagne, même les voyages sur les lignes les plus fréquentées sont de plus en plus chers et pour un service de moins en moins performant, la sécurité étant elle-même en jeu. Non, la mise en concurrence, la privatisation ne sont pas les meilleures solutions pour améliorer le service. Au contraire !

Je rappelle, (Cf. article dans le bulletin de janvier), le questionnaire diffusé par la Convergence de Défense et de Développement des Services Publics. N’hésitez pas à le remplir et à le faire connaître. Face à l’offensive gouvernementale sur ce sujet, c’est le meilleur moyen de montrer que les citoyens sont attachés au maintien des services publics sur l’ensemble du territoire et qu’ils ne sont pas dupes de la communication gouvernementale sur ce sujet, comme sur d’autres.

A titre d’exemple, la presse et le gouvernement se sont fait écho, il y a quelques jours, d’une amélioration de la situation de l’emploi. On pourrait s’en réjouir. Le problème, c’est que cette « amélioration » est surtout due à l’habituelle manipulation des chiffres et à l’oubli de comptage parmi les chômeurs de ceux qui ont renoncé à rechercher un emploi.

Dans ce contexte, alors que les mesures Macron commencent à se faire sentir pour les salariés et retraités, on ne peut que se réjouir de constater que la contestation gagne dans notre pays. Après l’extraordinaire mobilisation dans les EPHAD, le 30 janvier, le 22 mars, fonctionnaires, personnels des services publics, cheminots feront entendre leur voix. Il n’y a pas de fatalité.

De l’autre côté du Rhin, Angéla Merkel, qu’on croyait indéboulonnable subi une contestation de plus en plus forte au sein de son parti tandis qu’à sa gauche, le SPD, ressenti comme complice, perd de plus en plus de crédibilité.

Et si, 50 ans après mai 1968, la France disait enfin stop à cette cure de libéralisme qu’on lui inflige depuis trop longtemps ?

Mon édito dans le numéro de janvier 2018 de RESO

En ce début d’année, on peut déjà se livrer à un 1er bilan de la politique menée par Emmanuel Macron.

Ainsi s’alignent la baisse des budgets de la politique de la ville, renvoyant sur les collectivités locales de nombreuses charges sans les recettes correspondantes, la mise en cause du logement social à travers la baisse des APL, qui reporte les problèmes d’une population déjà peu favorisée sur les sociétés et offices d’HLM, la baisse des budgets de la recherche et de l’enseignement supérieur, la confirmation de la hausse de la CSG pour les retraités, alors que, dans la difficile situation économique et sociale, ils sont des acteurs essentiels de la solidarité familiale. La journée de carence vient de faire son retour pour des fonctionnaires dont le salaire est déjà gelé.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le numéro de janvier 2018 de RESO’

Questionnaire de Convergence sur les services publics de demain

Je vous invite à répondre à ce questionnaire élaboré par la Convergence de défense et de développement des services publics.  Et à faire connaitre cette initiative !

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSew1qO32XnHVUU6YsGke-nOUk73tvNch0rzKZlVg3F48Dyakw/viewform

Ci-dessous l’article de Michel Jallamion et de Patrick Hallinger paru dans RESO de janvier 2018 :

Le grand forum sur l’action publique : la contre-offensive de la Convergence

Le gouvernement lance un « grand forum sur l’action publique » de novembre 2017 à mars 2018. Officiellement il souhaite « en dehors de tout dogmatisme » améliorer la qualité des services publics, offrir aux agents publics un environnement de travail modernisé en les impliquant pleinement dans la définition et le suivi des transformations, … et accessoirement…  baisser les dépenses publiques de 3 points dans le PIB d’ici 2022 !

Tous les champs du service public sont visés : l’État et ses opérateurs, les administrations de sécurité sociale, les collectivités territoriales.

En réalité le gouvernement a comme objectif avoué la suppression de 120 000 emplois dans la fonction publique, la réduction des dépenses publiques de 60 milliards et le développement des emplois contractuels hors des secteurs dits « régaliens ».

Lire la suite de ‘Questionnaire de Convergence sur les services publics de demain’

Appel « combat laïque, combat social »

Vous pouvez signer l’appel ci-dessous sur : https://www.combatlaiquecombatsocial.net/

 « Nous sommes des militant-e-s et sympathisant-e-s politiques, associatifs, syndicaux, venus de tous les horizons, mais réuni.es par un attachement identique au socle historique de la gauche depuis le XIXe siècle : la lutte contre les inégalités sociales ET contre le cléricalisme. Nous faisons le constat que la période que nous traversons a produit bien des confusions, des ambiguïtés et des compromissions au sein de notre propre camp, et appelle désormais des clarifications ainsi qu’une réflexion collective. Nous appelons les militants de la gauche laïque et sociale, dans un esprit transpartisan, à signer et à faire signer cet appel pour prendre part à ce combat plus que jamais nécessaire. C’est pourquoi nous projetons de nous rassembler autour de ces valeurs. Pour cela nous prévoyons une rencontre nationale des signataires. »

Appel

Lier le combat laïque au combat social, fédérer le peuple

 Aujourd’hui, le renouveau du combat laïque est à la fois une réalité et une nécessité universelles. À nos yeux, la laïcité rend possible le plus haut niveau de liberté individuelle. Elle permet de faire vivre le projet humaniste d’égale dignité entre les êtres humains.

Héritier de la Révolution française, le combat laïque accompagne les forces d’émancipation sociale, féministe, antiraciste, écologiste. Il est inséparable de l’unité du peuple souverain dans une République indivisible, la matrice politique de notre pays.

Sans la laïcité, comment fédérer le peuple pour surmonter la période de décomposition politique et idéologique actuelle ? La laïcité est la première des conditions pour une riposte d’envergure face à la paupérisation d’une large fraction de la population, en particulier celle de la jeunesse.

Lire la suite de ‘Appel « combat laïque, combat social »’

Mon édito dans le numéro de décembre de RESO

Ainsi donc, Macron continue sa charge contre tout ce qui a construit une société française inspirée de l’esprit du Conseil National de la Résistance et fruit de la mobilisation sociale.

 Et c‘est, après le code du travail, le SMIC qui est dans le collimateur. Une commission de soi-disant « experts »(en quoi ? Payés combien et par qui ?), mise en place sous Sarkozy et prorogée sous Hollande, vient de livrer son rapport, dont le but est bien de « baisser le coût du travail ». Il s’agit là de continuer à insécuriser les salariés pour mieux pouvoir les pressuriser au plus grand bénéfice des actionnaires. Dans la droite ligne de la suppression d’une partie de l’ISF, de la mise à l’index des privés d’emploi (accusés de profiter de leurs allocations chômage pour se la couler douce dans des paradis touristiques – on n’a pas dit fiscaux), les plus faibles sont l’objet de ces attaques non seulement économiques mais pleines d’un mépris jusqu’alors non affiché par la droite classique.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le numéro de décembre de RESO’

Hommage à Didier Motchane

Cet hommage est paru dans le numéro de novembre 2017 de RESO.

Didier Motchane, le Socialisme, la République et la France au cœur

Par Michel Labatie

 Résistance sociale est attristée par la mort de Didier Motchane.

C’était un grand homme, d’une modestie, d’une gentillesse et d’une intelligence incroyables. Il fut un des principaux artisans de la création du CERES, du PS, de l’Union de la Gauche, de la prise du pouvoir de Mitterrand face à Rocard.

C’est une fierté pour notre association de l’avoir compté parmi les compagnons de route de la République sociale. Il partageait notre ambition de tisser des liens entre l’ensemble des acteurs du mouvement social afin d’aider à l’union de la Gauche sur des bases de transformations sociales, seule façon de changer la vie.

Lire la suite de ‘Hommage à Didier Motchane’

Gérard Filoche n’est pas un antisémite

Paru dans RESO de novembre 2017

Gérard Filoche n’est pas antisémite

 Nous sommes tristes.

Gérard est un camarade ; c’est aussi un ami et un compagnon de combats pour Résistance sociale. Nous partageons son ahurissement devant cette accusation qui déshonore ceux qui la professent. Nous partageons l’écœurement, la stupéfaction de sa famille, de Françoise et Léa, nos camarades et amies, de ceux que nous connaissons moins, Germain, Enma, les autres…

Sur cet épisode, le plus grave est peut-être, comme le dit Françoise avec un calme que nous saluons, que « l’ignoble accusation est une forfaiture et qu’elle affaiblit notre combat contre l’antisémitisme. »

Nous sommes en colère.

Lire la suite de ‘Gérard Filoche n’est pas un antisémite’

Mon édito dans le numéro de novembre 2017 de RESO

Macron continue à appliquer sans complexe et, pour l’instant sans réelle mobilisation de l’opposition politique et syndicale,  son programme libéral. Il vient de s’adjoindre un député « socialiste » qui, en début de semaine, avait voté contre son budget. Une nouvelle preuve que ce qui caractérise les ministres de Macron, ce n’est pas la compétence, ni la croyance en des valeurs, mais l’opportunisme. Ces ministres, on pourrait presque dire cette secte en y ajoutant les députés LREM, n’ont que faire ni des salariés ni de la France mais ne sont là que pour servir leur gourou, à l’image de Castaner avouant son amour pour Macron. Castaner récompensé par sa nomination (difficile de parler d’élection alors qu’il était le seul candidat) au poste de secrétaire général de LREM et par son maintien au gouvernement comme secrétaire d’état aux relations avec le Parlement, histoire qu’il puisse continuer à recevoir une indemnité ! Mais que peut-on dire, si Najat Vallaud-Belkacem a réellement demandé à être payée pour se présenter à la tête du PS … Il est bien loin le temps des militants !

Lire la suite de ‘Mon édito dans le numéro de novembre 2017 de RESO’

Mon édito dans le numéro d’Octobre 2017 de RESO

Après les ordonnances réformant le code du travail, la baisse des APL, la réforme de l’ISF démontre, s’il en était besoin, que Macron est bien le Président des riches, plus encore que ses prédécesseurs, y compris Sarkozy. Certains de ses électeurs du premier tour commencent à s’en apercevoir et à s’en mordre les doigts. Mais il est bien tard. Même si certains députés LREM expriment quelques velléités d’indépendance, ils sont vite ramenés à la bergerie macronnienne. Les députés PCF, FI et quelques-uns des socialistes font ce qu’ils peuvent pour tenter d’infléchir cette politique mais ils ont des pouvoirs limités. La lutte contre les ordonnances continue, mais force est de constater que la mobilisation, qu’elle soit d’origine syndicale ou politique, n’est pas au rendez-vous. Les salariés, hantés par le chômage et au pouvoir d’achat limité, peinent d’autant plus à se mobiliser que les mobilisations précédentes, notamment contre la loi El Khomri, n’ont pas permis de résultats significatifs. Et puis, même si la mobilisation du 10 octobre pour la défense de la fonction publique était unitaire, une fois de plus les syndicats sont divisés et indécis sur la stratégie. Peut-être faudrait-il un nouveau Louis VIANNET, ancien secrétaire général de la CGT, qui vient de décéder et dont l’action n’est pas pour rien dans l’aboutissement du mouvement de 1995 contre la politique de Juppé.

Côté politique, ce n’est guère mieux. Mélenchon et la France Insoumise n’ont pas autant mobilisé qu’ils l’espéraient. Malgré la présence de responsables d’autres forces politiques, l’action du 23 septembre n’est pas apparue suffisamment rassembleuse pour inciter une partie importante des salariés à y participer.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le numéro d’Octobre 2017 de RESO’

Une passionnante interview de Didier Motchane

Cette interview a été réalisée peu après les élections présidentielle et législatives qui ont vu l’arrivée de Macron et de ses députés-valets. Elle rappelle qu’il fut un temps où la gauche pensait, débattait, se posait des questions sur ce à quoi elle servait,sur au service de quoi et de qui elle était. Bien loin du pathos d’aujourd’hui.
Ayez le courage de l’écouter jusqu’au bout. Et bravo au journaliste ; bien peu sont-ils aujourd’hui à avoir le courage de travailler leur interview.

https://www.youtube.com/watch?v=pfOZ9vii38A

12345...71



MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement
| meimou