Obstination de Valls et consorts : un 2ème 49/3

Donc, et on ne peut pas vraiment s’en étonner, Valls persiste dans son obstination anti-démocratique. Il a utilisé une 2ème fois l’article 49/3 de la constitution pour faire passer le projet de loi « travail » qui n’a pas plus de majorité à l’Assemblée nationale qu’il n’en a dans la population.

Saluons les 56 députés, communistes, écologistes, MRC et courageux socialistes, qui ont signé un projet de motion de censure de gauche. Cette tentative a échoué une 2ème fois puisque 4 députés qui avaient signé la 1ère fois ne l’ont pas fait cette fois : il s’agit d’Alexis Bachelay, Isabelle Bruneau, Laurent Kalinowski et Yann Galut que je ne blâmerai pas trop car j’imagine à quelles pressions ils ont été soumis. Je salue, par contre, ceux qui n’étaient pas présents lors de la 1ère tentative et qui ont rejoint celle-ci : Ph. Baumel, S. Alaux, H. Féron et N. Chabanne.

C’est avec l’ensemble de ces camarades courageux, mais aussi avec ceux, souvent « aubryistes » qui ont essayé de faire revenir le gouvernement sur l’article 2 qui inverse la hiérarchie des normes, que nous devrons travailler à la reconstruction de la gauche.

Quant au gouvernement Hollande-Valls-Macron, il n’y a plus rien à en dire : la rupture idéologique est définitive.

La lutte contre la loi El Khomri continue ; la rentrée risque d’être chaude.

Liste des 56 députés : Laurence Abeille, Sylviane Alaux, Brigitte Allain, Pouria Armirshahi, François Asensi, Isabelle Attard, Danieele Auroi, Philippe Baumel, Laurent Baumel, Huguette Bello, Michèle Bonneton, Jean-Pierre Blazy, Alain Bocquet, Marie-Georges Buffet, Jean-Jacques Candelier, Fanélie Carrey-Conte, Patrice Carvalho, Nathalie Chabanne, Gaby Charroux, André Chassaigne,Dominique Chauvel, Pascal Cherki, Sergio Coronado, Marc Dolez, Cécile Duflot, Hervé Feron, Aurélie Filippetti, Jacqueline Fraysse, Geneviève Gaillard, Linda Gourjade, Edith Gueugneau, Benoit Hamon, Mathieu Hanirin, Christian Hutin, Serge Janquin, Romain Joron, Régis Juanico, Jérome Lambert, Jean Lassalle, Christophe Léonard, Jean-Luc Laurent, Noël Mamère, Alfred MarieJeanne, Jean-Philippe Nilor, Philippe Noguès, Christian Paul, Michel Pouzol, Patrice Prat, Barbara Romagnan, Jean-Louis Roumegas, Nicolas Sansu, Eva Sas, Gérard Sebaoun, Suzanne Tallard, Thomas Thévenoud, Paola Zanetti

Après le « Brexit »…

Ce que j’ai entendu de plus intelligent après le vote des Britaniques. Bravo Pierre Laurent !

Pierre LAURENT – 28 juin 2016

Cet après-midi, le Senat a débattu de la nouvelle situation en Europe après le Brexit. Je suis intervenu pour le groupe CRC. Après ce nouveau désaveu de l’UE actuelle, l’heure est à sa refondation progressiste. Nous voulons une Union de peuples et de nations libres, souverains et associés, tournée vers le progrès social. Nous proposons un processus démocratique en France, avec la création d’une commission permanente associant partis, parlementaires, élus locaux, syndicats, ONG et associations pour travailler un nouveau projet qui pourrait être soumis aux Français par referendum. En Europe la France devrait être à l’initiative d’Etats généraux de la refondation de l’UE, une construction citoyenne d’une ampleur inédite. Enfin nous avons fait des propositions concrètes pour sortir de l’austérité et combattre le dumping social immédiatement à commencer par le retrait de la loi travail. Vous verrez ces propositions solidaires et démocratiques ont dérangé la droite et le gouvernement. C’est pourtant en écoutant les peuples que l’Europe doit se construire. L’Europe autoritaire, c’est fini. Il est temps qu’ils s’en rendent compte !

http://fdgpierrebe.over-blog.com/2016/06/brexit-intervention-de-pierre-laurent-au-senat.html

Conseil du 20ème : j’ai voté pour sanctionner Manuel valls

Hier soir, lors du conseil du 20ème arrondissement, a été présenté un vœu condamnant les propos de Manuel Valls et appelant au soutien des organisations syndicales. Le ton en était à la fois ferme et mesuré. Pour cela, les auteurs doivent être salués.

Bien sûr, un débat en compétence a été soulevé comme à chaque fois que les élus se mêlent d’un sujet qui n’est pas de leur compétence directe. Ce débat est vain car il ne fait changer personne d’avis mais il a lieu à chaque fois. Pour ma part, je considère qu’il s’agit là d’une tradition française qui m’est plutôt sympathique. Notre Nation est ainsi faite qu’on est Français non par appartenance ethnique ou religieuse mais par adhésion à un destin commun. Et que des élus d’arrondissement veulent se mêler de la construction de ce destin est assez sain.

Cependant, d’habitude, je ne me mêle pas de ces débats, consciente que je suis de la nécessité de préserver les fragiles équilibres qui nous permettent, localement et à Paris, de travailler ensemble –et plutôt bien ! Je me contente de voter ce que je pense ; il m’arrive même de brimer mon vote et je m’en remets.

Hier c’était différent. Il s’agissait de défendre le droit constitutionnel de manifester. Il s’agissait de donner un carton rouge à un Manuel Valls arrogant et malhonnête. Je n’ai pas voté pour ce vœu parce que je suis contre le projet de loi « travail ». Tout le monde le sait et nous avons, au conseil du 20ème, déjà eu l’occasion de nous exprimer sur ce sujet. Je n’ai même pas voté ce vœu parce qu’il condamnait, à juste titre, les violences. Avec mon organisation, République et Socialisme, nous l’avons fait depuis le début de celles-ci. Nous n’avons sur ce sujet aucun compte à rendre, conscients que nous sommes du préjudice que les casseurs portent au mouvement social. Avec R&S, je respecte la police nationale républicaine et salue leur travail de protection des citoyens face à la menace terroriste. C’est, je crois, également un sujet où on aura du mal à me faire procès.

J’ai voté ce vœu pour dire stop au gouvernement dans sa manière de gérer le conflit qui dure depuis plusieurs mois. Je ne suis pas née d’hier. Voici plus de 40 ans que je participe à des manifestations. Jamais, JAMAIS, je n’en ai vu d’aussi mal contrôlées.

Toutes les manifs, depuis fort longtemps, attirent leur lot de casseurs. Toujours ils sont relégués en fin de manif, là où les forces de police peuvent les encadrer et limiter leurs actions néfastes. Cette fois, on les laisse défiler au premier rang, plusieurs centaines de mètres avant le carré de tête. Ils sont facilement  identifiables ; ils ne cachent pas les buts de leur présence. La police les laisse passer. Lorsque les cailloux volent, ils volent de tous côtés. Je peux en témoigner  pour avoir dû plier le stand de R&S sous les jets de pierre et de boulons. Lors de la dernière manif, la police était en nombre de chaque côté du défilé et se déplaçait en fonction de celui-ci pour « protéger » les vitrines de manifestants pacifiques et joyeux. Pourquoi était-elle absente devant l’hôpital Necker ?

Les faits parlent d’eux-mêmes : C’est en marge du cortège que ces casseurs ont agi et la police n’est intervenue que très tardivement, quand « le mal était fait ». Les organisations syndicales ont fait preuve de beaucoup de sérieux en arrêtant le cortège avant la fin du parcours prévu afin de protéger les manifestants des affrontements violents.

Manuel Valls fait semblant de croire que c’est à la CGT (pourquoi elle seule, si ce n’est pour la mettre à l’index, désigner un bouc émissaire ?) d’assurer le maintien de l’ordre aux alentours des manifestations. Eh bien non ! Chacun sait que cela relève de la compétence et de la responsabilité des pouvoirs publics.

Quand ceux-ci ne donnent pas les ordres nécessaires aux forces de police, il y a carence !

Ou bien volonté que « ça se gâte » ? Après que plusieurs manifestations aient été gérées de cette manière, on a le droit de se poser la question ! Et quand on prétend interdire une manif au profit d’un rassemblement dont chacun sait que c’est potentiellement plus dangereux, que veut-on ? Créer l’incident pour retourner l’opinion publique ? Ne comprennent-ils pas, Valls et consorts, que cette bataille, ils l’ont déjà perdue ? Ou bien veulent-ils définitivement créer une cassure dans la gauche ou plus exactement dans leur propre parti au risque de laminer la gauche dans son ensemble ?

Je vais finir par ne plus me poser la question.

Ces gens sont dangereux.

Mon édito dans le bulletin RESO de juin 2016

Comment écrire un édito aujourd’hui sans le consacrer au mouvement social d’ampleur qui refuse le projet de loi « travail » ?

Tous les sondages le confirment sans ambigüité, mais au-delà, l’ambiance dans l’opinion publique le confirme : les Français sont aux 2/3 opposés à ce projet de loi. Mieux, la population soutient franchement les grévistes –même quand elle souffre des conséquences de leurs actions. Et cela est nouveau ! Les Français souhaiteraient, certes, que les grèves s’arrêtent mais que ce soit après une victoire des grévistes ! Et ils l’expriment.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le bulletin RESO de juin 2016′

Mon édito dans le bulletin de mai de RESO

Ce mois de mai aurait dû être pour la gauche un mois d’anniversaires et de festivités. 80 ans du Front populaire, 35ème anniversaire de la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, 227ème anniversaire de l’ouverture des Etats Généraux qui allait entraîner la Révolution française. Pourtant personne à gauche n’a eu envie de fêter ces anniversaires, pas plus que celui de l’arrivée de François Hollande à la Présidence de la République. Ce mois de mai, qui s’achèvera par les commémorations de la semaine sanglante marquant l’achèvement de la Commune de 1871 et de l’horrible bataille de Verdun de 1916, restera surtout dans la mémoire comme celui où un gouvernement dit de gauche aura osé (un 10 mai !) bâillonner la représentation parlementaire en faisant usage de l’article 49-3 de la constitution sur un texte qui remet en cause plus de 100 ans de luttes sociales et les conquêtes majeures obtenues contre le patronat. Jaurès mais aussi Léon Blum, que le Parti Socialiste a osé célébrer le 1er mai, doivent se retourner dans leurs tombes. Même si, comme le souligne Jean-Claude Chailley dans son article, ce texte est la transposition d’orientations de la Commission européenne, jamais un gouvernement se recommandant de la gauche n’avait osé piétiner à ce point les valeurs dont celle-ci se réclame, allant même jusqu’à contredire ce qu’avait affirmé la motion majoritaire du congrès de Poitiers du PS signée par nombre de ministres dont le premier d’entre eux. Pourtant la lutte continue. Même si la motion de censure a échoué, le texte de loi continue son chemin et sera bientôt discuté au Sénat avant de revenir devant l’Assemblée nationale. Surtout, la mobilisation des salariés et des étudiants et lycéens ne faiblit pas malgré la proximité des examens de fin d’année. Les vacances scolaires étant partout terminées, ainsi que les week-ends prolongés, on peut espérer que les cortèges des manifestations seront plus fournis et démontreront avec force le refus majoritaire des salariés et de la population en général de ce texte d’inspiration libérale.

Lire la suite de ‘Mon édito dans le bulletin de mai de RESO’

Député, et alors !!!

Je vous invite à dévouvrir le dernier livre de mon ami et camarade, Jean-Pierre FOURRE, ancien vice-président de l’Assemblée nationale :

« Député, et alors !!! « 

http://www.republiqueetsocialisme.fr/index.php/communique/526-depute-et-alors

Commande possible en ligne sur : www.editionsdematignon.com

A propos de « l’affaire Baupin » et des droits des femmes…

Ci-dessous la déclaration de R&S75 :

Paris, le 11 mai 2016

Mise en cause de Denis Baupin pour harcèlement sexuel

Déclaration de République-et-Socialisme-Paris

 Au-delà de la personnalité du député écologiste, Denis Baupin, cette affaire nous interroge sur le respect des femmes et des droits des citoyennes dans la société française d’aujourd’hui. Il peut sembler étonnant de dire que le droit des femmes à une égalité pleine et entière y est remis en cause. Et pourtant !

* La mise en cause du député Vert révèle que le milieu politique est hautement machiste. Il faut dénoncer clairement le fait que certains parlementaires font preuve, encore aujourd’hui, de comportements débilitants tels qu’injures sexistes ou cris de poules, sûrs qu’ils sont de leur impunité, quelquefois ravis de faire ainsi étal de leur « virilité ». Signalons la dernière sortie du député de droite, Lellouche, qualifiant cette affaire « d’histoire de bonnes femmes ». Dans ce contexte, le « simple » harcèlement est presque de l’ordre de la banalité. Loin des donneurs de leçons qui reprochent aux députées et aux militantes d’EELV d’avoir tardé à parler, nous nous inclinons devant leur courage. Elles ont permis que de nombreuses femmes, diversement engagées en politique, dénoncent le sexisme de ce milieu et le harcèlement dont elles ont été l’objet. Cette actualité nous confirme que la durée de prescription pour les cas de harcèlement sexuel, aujourd’hui de trois ans, doit être allongée.

Lire la suite de ‘A propos de « l’affaire Baupin » et des droits des femmes…’

Utilisation du 49-3 : un 10 mai, Hollande et Valls renient la gauche

 Ci-dessous le communiqué de R&S National

Paris le 10 Mai 2016

 49-3 : Hollande et Valls bafouent la démocratie et l’histoire du Mouvement ouvrier

Aujourd’hui un nouveau cap a été franchi dans l’histoire de notre démocratie. 80 ans après la naissance du Front populaire, 35 ans jour pour jour après l’arrivée de François Mitterrand et de la Gauche au pouvoir, François Hollande et son gouvernement ont bafoué, une fois de plus, le débat parlementaire par le recours au 49-3 afin que le projet de loi travail puisse être adopté sans vote.

En choisissant d’actionner cet article, le gouvernement esquive une fois de plus le débat démocratique. Il démontre ainsi que ses appels au dialogue social n’étaient que mensonge et tromperie. Il montre à quel point il est asservi aux possédants : ne contestant jamais les règles de libre circulation des capitaux, approuvant la mise en concurrence sans fin entre les travailleurs et entre les territoires.

Lire la suite de ‘Utilisation du 49-3 : un 10 mai, Hollande et Valls renient la gauche’

Appel des 100 : Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative

J’ai signé ce texte aux côtés de mes amis de R&S (Jean-Pierre Fourré, Mariane Journiac et Daniel Labouret), de Jean-Claude Chailley pour Résistance Sociale et de Michel Jallamion pour la Convergence des Services publics. Et aux côtés également de nombreuses personnalités issues d’organisations diverses et qui veulent travailler ensemble à reconstruire la gauche.

1er mai : Appel des 100

Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative

Nous vivons une situation inédite : un capitalisme en crise et pourtant présenté dans le discours dominant comme seul système viable ; une Europe basée sur le libéralisme et éloignée des citoyens ; une crise écologique qui ne trouve pas de solutions à la hauteur ; le développement des tensions internationales et de politiques migratoires mortifères ; une crise globale de la vie politique marquée notamment par la forte montée de l’extrême droite… Cette situation appelle des réponses nouvelles, le refus de tout fatalisme. Nous sommes convaincus de la disponibilité de nombreuses forces et énergies citoyennes pour construire d’autres possibles par la mobilisation populaire.

Nous voulons contribuer à la transformation de notre société, par la remise en cause du productivisme et du consumérisme, par la redistribution des richesses mises au service du progrès social, y compris au plan international et européen, à rebours des politiques menées actuellement et sous les quinquennats précédents, sous l’aiguillon des organisations patronales et plus particulièrement du Medef, des marchés financiers et des institutions européennes.

Lire la suite de ‘Appel des 100 : Ensemble, favoriser l’irruption citoyenne pour construire l’alternative’

Mon édito dans le bulletin d’avril de RESO

François Hollande s’est donc exprimé face aux Français. Comment ne pas être stupéfait devant tant d’autosatisfaction, pour ne pas dire d’autisme ? Celui qui est encore, sans plus aucun crédit – même Sarkozy, à la fin de son quinquennat en avait davantage – le Président, assume, avec une totale déconnexion de ce que vit notre peuple, un bilan catastrophique d’une politique totalement au service du patronat, oubliant par qui il a été élu. Totalement hors-sol, il a prouvé une fois de plus soit qu’il ne comprenait rien aux difficultés des Français, donc son incompétence, soit qu’il s’en détachait, donc son asservissement au monde de la Finance.

Une fois de plus, on nous joue la ritournelle de la politique gouvernementale qui ne serait pas assez expliquée. Cà irait mieux, mais les Français ne s’en rendraient pas compte, affirme Julien Dray. Prendrait-on nos concitoyens pour des idiots ? Les engagements de Hollande étaient d’avoir des résultats en matière d’emploi, de pouvoir d’achat ou de sécurité. Passons sur le scandaleux épisode de la déchéance de nationalité, quelle « pédagogie » pourrait faire avaler aux Français que les précariser un peu plus permettrait de lutter contre le chômage ? Seuls 37% des sympathisants socialistes croient encore à cette politique. Et combien sont-ils aujourd’hui les « sympathisants » socialistes, avec un parti qui se vide ?

A Myriam El Khomri, qui affirme « ne jamais avoir dit que le Code du travail créait le chômage », on posera la question : alors pourquoi le détruire encore un peu plus ? Pourquoi faciliter les licenciements ? Pourquoi avancer de fait vers la suppression des CDI ? La réponse est simple : pour augmenter les bénéfices des actionnaires ! L’inversion de la hiérarchie des normes contraindra les salariés à accepter de plus mauvaises conditions de travail, l’augmentation de leur temps de travail, des heures supplémentaires moins payées et au final une baisse des salaires…

Lire la suite de ‘Mon édito dans le bulletin d’avril de RESO’

12345...66



MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement
| meimou