Café social de RESO le 8 avril à 19h

Je vous invite à assister au prochain « Café social » de RESO qui se tiendra le mercredi 8 avril de 19h à 21 h au « Petit Bougnat » 149 rue Ledru-Rollin – Paris 11ème (M° Voltaire ou Ledru-Rollin)

Le thème, les intervenants et plus d’infos sur :

http://www.resistancesociale.fr/spip.php?article2920

Reconstruire la gauche, en responsabilité

Ils n’ont AUCUNE LEGITIMITE à se réjouir que l’extrême-droite ne gagne aucun département lors des élections départementales, ceux qui, à gauche, n’ont pas eu la responsabilité de se désister pour le binôme de gauche restant au 2nd tour, et ceux qui, à gauche comme à droite, n’ont pas eu le courage d’appeler à battre le FN quand il était présent au 2nd tour.

Loin de ces irresponsables, de quelque parti ou organisation qu’ils soient, Pierre Laurent :

http://reunion.orange.fr/loisirs/videos-reunion/actu-et-politique/elections-departementales-2015-declaration-de-pierre-laurent-29-mars-2015.html

 

Après le 1er tour des élections départementales…

Mon édito dans Reso, après le 1er tour des électsions départementales :

Ainsi donc, comme on s’y attendait, le 1er tour des élections départementales a bien consisté en un désaveu formel et considérable de la politique gouvernementale. Et c’est l’ensemble de la gauche qui a subi la sanction. Le Front National est en tête dans 42 départements au soir du premier tour, la gauche, et notamment le Parti Socialiste, se trouve éliminée dans plusieurs départements. Si le Front de Gauche, malgré les tripotages du Ministère de l’Intérieur, améliore, seul ou en alliance, son score de 2011, nombre d’électeurs de gauche lui ont préféré l’abstention. Il lui faudra d’ailleurs s’interroger sur le fait qu’il ne réussit pas à s’installer, contrairement à Syriza ou à Podemos, comme une alternative crédible.

L’abstention ou le vote FN reflètent l’état d’esprit de bon nombre d’électeurs de François Hollande en 2012, qui ne comprennent pas les choix libéraux faits par l’équipe au pouvoir. Que ce soit par manque de courage vis-à-vis de Merkel et de la Commission européenne ou, simplement, par conversion libérale, le gouvernement, par ses décisions, organise l’éclatement du système social français et l’effondrement de l’économie, au nom de la chasse au déficit. Le projet de loi Macron actuellement discuté au Sénat aura à terme de graves conséquences, s’il est adopté. En favorisant la circulation des cars, Macron s’attaque de facto à la SNCF, déjà bien mal en point du fait du déficit chronique du réseau ferré et de la concurrence sur le transport des marchandises, bientôt étendue à celle des passagers. Ce sont de nouvelles gares et des lignes régionales qui seront supprimées, ce qui va ni dans le sens de l’amélioration du transport pour les usagers, ni dans celui de l’aménagement du territoire ; et je ne parle pas des conséquences environnementales. Enfin, il ne faut pas se leurrer : les compagnies d’autocars vont s’attaquer aux liaisons les plus rentables de la SNCF, pas au transport des usagers à l’intérieur de la Corrèze ! Déjà, la SNCF a dans ses cartons un plan de réduction de 13 000 emplois dans les années qui viennent. Même chose du côté de l’hôpital public, où 22 000 emplois devraient être supprimés dans les trois ans selon la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Dans ce cadre, les prétentions de François Hollande de réduire le chômage d’ici 2017 feraient sourire s’il ne s’agissait de la vie de centaines de milliers de nos concitoyens. Et pourtant, le Président, droit dans ses bottes, persiste et signe. Avant même le premier tour des départementales, il annonce qu’il ne changera pas de politique ni de premier ministre. Ce mépris à l’égard des électeurs est révélateur du mépris du peuple ! La sanction de cette politique, massivement rejetée, ce sont des centaines d’élus de gauche, socialistes, communistes, républicains ou verts qui vont la payer, bien qu’ils aient, pour la plupart, un bon bilan dans leur département. Mais ce sont aussi les citoyens eux-mêmes, car chacun sait que la gestion « de gauche » et la gestion de « droite », ce n’est pas pareil : on l’a bien vu après les municipales de 2014.

Et que dire de la gestion de l’extrême droite qui ne se contente pas de supprimer les subventions aux associations des droits de l’homme, mais qui empêche les enfants de chômeurs d’avoir accès aux cantines ou s’en prend à des symboles forts comme la commémoration de la fin de la guerre d’Algérie !

Face à cette situation, le rassemblement de la gauche n’a jamais été aussi nécessaire. Mais toute union ne s’est jamais construite que sur un programme partagé. Si le choix de Hollande et de Valls empêche que cela se fasse sur une politique nationale commune (ça impliquerait une réorientation majeure pour l’instant refusée), elle peut et doit se faire sur un socle commun au niveau local comme c’est le cas à Paris. Cela implique écoute, respect et dialogue. Résistance Sociale est prête à agir pour faciliter ce dialogue comme elle le fait depuis 2003 à travers ses Vendémiaires ou ses cafés sociaux.

Cela ne se fera pas, non plus, sans la mobilisation populaire. Voilà pourquoi Résistance Sociale soutient l’appel des 4 confédérations syndicales à la grande journée d’action unitaire du 9 avril (Cf. page 7). C’est aussi dans la rue que le peuple doit faire entendre son aspiration à une autre politique

Soutien du Conseil de Paris au processus d’Assises des Services publics

Je dois dire ma fierté d’avoir participé, avec Michel Jallamion, président de la Convergence des services publics (lien ci-contre), à l’unité des groupes de gauche et des écologistes au Conseil de Paris pour le soutien aux Assises des Services publics !

Ci-dessous le voeu voté en Conseil de Paris des 16, 17 et 18 mars 2015

Voeu relatif au soutien de la Ville de Paris au processus des Assises de défense, de rénovation et de développement des services publics

Déposé par Jacques Boutault, Jérôme Gleizes, Didier le Reste, Rémi Féraud, Marinette Bache, et les groupes GEP, PCF-FdG et SOCA

Considérant que la Ville de Paris a une conception exigeante des services publics et a toujours oeuvré pour que les services publics, vecteurs d’égalités, permettent l’accès effectifs aux droits

Considérant que des services publics développés, démocratisés et rénovés sont nécessaires à l’efficacité de toute politique publique répondant à l’intérêt général et au service de nos concitoyens ;

Considérant que la COP 21 aura lieu à Paris et qu’il ne serait y avoir de véritables politiques écologiques si elles ne peuvent être déconnectées de la rentabilité financière immédiate et qu’à ce titre les services publics seraient, s’ils étaient renforcés et rénovés, des outils d’action particulièrement efficaces ;

Considérant que les services publics nationaux doivent avoir pour vocation l’intérêt général tout en répondant à des besoins nouveaux et en couvrant des besoins non encore satisfaits avec une exigence de qualité, d’accessibilité et de proximité pour nos concitoyens, et qu’il est nécessaire d’agir afin que leur fonctionnement actuel soit amélioré en ce sens ;

Considérant que depuis mars 2001, la Ville de Paris a toujours été aux côtés de ceux luttant pour la défense et le développement des services publics notamment en faisant dès 2008 le choix de la remunicipalisation de l’eau à Paris ouvrant ainsi la voie à une prise de conscience de cette problématique bien au-delà de nos frontières, en s’opposant à la privatisation de la Poste et en apportant son aide à la mise en place de la votation citoyenne qui a eu lieu le 3 octobre 2009, en refusant le 15 septembre 2012 « l’expérience » de la RATP de distribuer les lettres recommandées en lieu et place de La Poste, et plus récemment contre la fermeture des urgences de l’Hôtel Dieu ;

Considérant que les Assises nationales pour les Services publics du XXIe siècle sont prévues à Paris mi-2016 ;

Considérant que leur lancement à l’appel de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics aura lieu les 13 et 14 juin à Guéret, en Creuse ;

Considérant que de nombreux Collectifs de Lille à Toulouse, de Saône et Loire à Luçon en passant par Paris, Tours, les Pyrénées atlantiques, Romorantin, les Hautes Alpes etc. appellent à se joindre à ce rassemblement ainsi que la Coordination Eau Bien Commun France, la Coordination Nationale des Comités de défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité, la Convergence nationale Rail, le

Collectif « La santé n’est pas une marchandise», la Coordination Eau- IDF et la Coordination nationale des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception regroupant chacune de très nombreux comités d’usagers sur l’ensemble de notre territoire ;

Considérant que la Convergence nationale des services publics sollicite l’ensemble des élus et collectivités territoriales qui le souhaitent à prendre part activement et financièrement à la réalisation et la réussite des Assises ainsi qu’à son lancement ;

Considérant que de nombreuses personnalités appellent à l’organisation de ces Assises et que la Ville de Paris souhaite que leur lancement soit un succès ;

Aussi, sur proposition de Jacques Boutault, Jérôme Gleizes, Didier Le Reste, Rémi Féraud, Marinette Bache et des Groupes GEP, PCF-FdG et SOCA, le Conseil de Paris émet le voeu que la ville de Paris soutienne la mise en place des Assises nationales pour les services publics du XXIe siècle et participe à leur réussite en s’engageant à hauteur de 1 500€ pour l’organisation à Guéret les 13 et 14 juin du rassemblement et du lancement du processus qui devrait aboutir à la tenue d’Assises à Paris mi-2016.

A propos de l’égalité Femmes/Hommes…

Vous trouverez ci-dessous l’intervention que je viens de prononcer en Conseil de Paris.

Madame la Maire, Madame l’adjointe, cher-e-s collègues,

Voici une communication importante et tant attendue sur l’action de notre Municipalité pour promouvoir l’égalité Femmes/Hommes. Elle a été présentée, avec la conviction qu’on lui connait par la Maire de Paris.

Mon accord est entier et total avec les objectifs comme avec les moyens ici exposés.

Je rejoins la volonté de commencer dès l’école l’éducation à l’égalité ; je regrette la disparition des alphabets de l’égalité mais je salue les initiatives parisiennes particulièrement dans les collèges.

J’approuve l’action en faveur de l’égalité professionnelle comme la volonté de rendre visible le fait féminin, dans la culture mais aussi dans le sport, tant par la féminisation des noms de rues ou d’équipements que par la promotion de la pratique sportive féminine et l’accueil de manifestations de haut niveau.

Je soutiens toutes les actions spécifiques qui permettent aux femmes de choisir la parentalité : planification, contraception, accès à l’IVG.

Je salue avec fierté l’engagement de Paris dans la lutte contre la prostitution, dont certains professent qu’il s’agit d’un choix ; j’espère qu’ils trouveront matière à réfléchir avec la campagne sur ce sujet et en particulier l’excellente prestation de Bruno Solo et.

En matière de lutte contre les violences faites aux femmes, je remercie Hélène Bidard d’être toujours présente et à l’écoute à l’instar de la feuille de route que lui a confiée par la Maire. Je peux en juger, travaillant dans le 20ème avec le PAD spécialisé en ce domaine. La création de places en CHRS et la mobilisation de 50 logements sociaux répondent à une nécessité.

Enfin j’apprécie l’intelligence de la méthode proposée, basée sur la transversalité des différentes actions.

Si nous prenons donc aujourd’hui les moyens concrets d’avancer vers l’égalité des droits, ce combat n’est pas nouveau. Il en fallu des luttes pour acquérir le droit à l’éducation, le droit de vote, le droit de travailler, le droit de gérer son argent, le droit à l’autorité parentale… et aussi la contraception, l’IVG, la reconnaissance du viol ou des violences conjugales.

Tout ce qui sera fait à Paris, en faveur de l’égalité Femmes/Hommes aura une répercussion dans le monde pour les luttes des femmes, à commencer par celles qui subissent le joug des obscurantismes.

Le plus souvent ces obscurantismes sont le fait de lois théocratiques appuyant le pouvoir d’hommes rétrogrades. Saluons les femmes tunisiennes, égyptiennes, nigérianes, yéménites et de toutes celles qui se battent au péril de leur vie pour la liberté et leurs droits.

Saluons les hommes qui les soutiennent. Malek Chebel, par exemple, philosophe algérien, qui ose rappeler que « Contrôler l’espace, c’est contrôler la société. Voiler la femme, c’est la cantonner, car c’est un adversaire potentiel. La brimer, c’est éteindre toutes velléités de prise de pouvoir. »

Les religions n’ont jamais bien traité les femmes.  Saint Paul disait : «L’homme, lui, ne doit pas se voiler la tête: il est l’image et la gloire de Dieu, mais la femme est la gloire de l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance». Les fondamentalistes aujourd’hui ne disent pas autre chose. Alors Mohamed Kacimi, romancier algérien dénonce : « Le hijab joue la fonction que lui a assigné Paul, il y a deux mille ans : signifier à la femme en public qu’elle est un être inférieur, bonne à museler ».

En France, Ghaleb Bencheick s’exprimait il y a quelque mois dans l’Humanité pour demander « une refondation de la pensée islamique » intégrant l’égalité hommes-femmes. C’est lui que nous devons aider, pas les régressistes comme Tariq Ramadan ou l’UOIF qui se parent d’une pseudo tolérance pour justifier la soumission des femmes. Méfions-nous de réflexes néo-colonialistes qui au nom d’un différencialisme culturel, nous empêcheraient de traiter l’autre comme un égal, une égale. Tournons notre soutien vers les courageuses femmes d’Iran qui se sont dévoilées le 8 mars comme vers celles d’Aubervilliers, qui savent, parce qu’elles le vivent, que le voile est une marque de l’effacement de la femme dans l’espace public.

Le combat pour la démocratie rejoint celui pour la liberté de la femme. Il est porté par de nombreux intellectuels comme le sociologue algérien Zoubir Arous ou par la sociologue à l’Université de Tunis Dorra Mahfoudh. Ce combat rejoint celui de la dépénalisation de l’homosexualité revendiquée en mai 2014 par l’écrivain et intellectuel marocain Ahmed Assid.

Tous les signes que les puissances publiques envoient doivent reconnaitre et promouvoir l’égalité Femmes / Hommes.

Aussi je me réjouis que la Ville de Paris fasse d’Asia Bibi une citoyenne d’Honneur. C’est une mesure de protection pour elle ; c’est un hommage rendu aux hommes qui l’ont défendue au péril de leur vie –certains ont été assassinés- au Pakistan en rejetant la loi sur le délit de blasphème dont elle est accusée, blasphème qui d’ailleurs, comme le dit André Comte-Sponville fait « partie des Droits de l’Homme, pas des bonnes manières ». Et, oui, on peut être croyant et progressiste.

Madame la Maire, Madame l’adjointe, merci de vos tribunes, de vos déclarations et de votre action pour la « Cause des femmes »… comme on disait jadis.

 

Hommage du Conseil de Paris aux élus de la Commune

Emouvante et prenante cérémonie, au Conseil de Paris.

elus-commune-0 Anne Hidalgo vient de dévoiler en présence des élus et des « Amis de la Commune de Paris » une plaque dans le couloir de l’hémicycle en hommage aux élus de la Commune de Paris -1871. Elle a, à cette occasion, prononcé un excellent discours.

http://presse.paris.fr/wp-content/uploads/2015/03/Discours-d%E2%80%99Anne-Hidalgo-D%C3%A9voilement-de-la-plaque-%C3%A0-la-m%C3%A9moire-des-%C3%A9lus-de-la-Commune.pdf

La cérémonie s’est terminée par le »Temps des cerises » repris en coeur par tous les participants.

https://www.youtube.com/watch?v=ncs4WlWfIZo

Un bon samedi !

Il y a des jours comme ça où on passe une bonne journée !

Ca a commencé par une sympathique distribution de tracts, enfin du « P’tit Jaurès du 20ème » sur le marché Belgrand où nous avons rencontré successivement nos camarades du PS puis du PCF. RS75020-070315-1

Le « P’tit Jaurès » :  fichier doc 2015-03 – Jaurès du 20ème 0315 (5)

Ca s’est poursuivi par un déjeuner entre camarades puis par un moment passé avec ma filleule.

Ensuite, dans le cadre de la semaine du 8 mars en mairie du 20ème, un échange avec de vraies féministes.

http://www.mairie20.paris.fr/mairie20/jsp/site/Portal.jsp?document_id=20577&portlet_id=649&comment=1&current_page_id=1

Et enfin la fête d’anniversaire de Renaud à l’Ecole militaire ! Oui, une bonne journée !

C’est pas ça la laïcité ?

Et si on commençait par cesser de considérer que tous les originaires du Maghreb sont des musulmans et qu’on leur reconnaissait une égale liberté personnelle à croire ou à ne pas croire ?

Et si on commençait par lutter contre tous les racismes, l’antisémitisme et le sexisme ?

Après, le fait d’aimer ou de ne pas aimer telle ou telle religion, tant qu’il n’y a aucun délit d’entrave à pouvoir la pratiquer dignement et tant qu’elle respecte la neutralité de l’espace public, c’est affaire personnelle, non ?

La Laïcité contre les identitaires de tous poils

Quelques organisations anti-républicaines et identitaires bien connues, avec la complicité active de Clémentine Autain, viennent de promouvoir une initiative contre « l’islamophobie et et le climat de guerre sécuritaire ».

Logo RSParis R&S75 a réagi par le communiqué ci-dessous sur lequel je me retrouve complètement.

http://republiqueetsocialisme75.unblog.fr/2015/03/03/combattre-pour-la-laicite-contre-les-replis-identitaires-dou-quils-viennent/

J’en profite pour saluer le courage de Pascale Boistard, Ssecrétaire d’Etat aux droits des Femmes, qui a eu le courage de secouer le tabou du voile à l’université. Ca change du positionnement, pour le moins, ambigu de Najat Valaud-Belkacem !

Les déclarations de Pascale Boistard  :

http://www.liberation.fr/politiques/2015/03/02/interdiction-du-voile-a-l-universite-la-ministre-boistard-s-avance_1212633

 

 

Pas de majorité pour Macron

Le 49.3 ! Le 49.3 !!! Quelle honte pour un gouvernement élu à gauche de recourir au 49.3 pour faire passer en force une loi qui n’a pas de majorité à gauche.

Combien les membres du parti socialiste ont-ils – à juste raison- vitupéré contre ! Il suffit de naviguer un peu sur le net et on découvre pléthore de vidéos de Hollande lui-même hurlant contre l’emploi de l’article pour faire passer en force un projet minoritaire. Dernier exemple : Dominique de Villepin et le CPE.

Je ne veux pas revenir sur ce projet de loi « Macron », projet tellement rétrograde socialement que même Sarkozy n’avait pas osé… Ce projet est d’ailleurs issu de la commission Attali nommée par l’ancien président. C’est donc bien le gouvernement Valls qui travaille avec la droite et pour le patronat… alors qu’on ne reproche pas aux députés de gauche qui voteront la censure de e faire avec les députés UMP ! C’est à leur honneur de se pronnoncer sur le fond et ne pas laisser passer cette loi de régression. Je vous renvoie à l’excellent dossier de Résistance Sociale : lien ci-contre ou : http://www.resistancesociale.fr/spip.php?article2895

Emmanuel Macron, toujours aussi suffisant avait publié le matin un communiqué annonçant que « sa » loi avait été votée. Eh bien non, M. le banquier, il y a encore des députés qui savent pourquoi ils ont été élus. Félicitations à eux.

12345...59



MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement
| meimou