CNO de République et Socialisme

banderolle Ce week-end avait lieu le Conseil National d’Orientation de République et Socialisme.

Le CNO se réunit tous les 2 ans pour déterminer la ligne politique (motion d’orientation), la ligne stratégique (texte stratégie) et élire les responsables nationaux de notre mouvement.

J’ai voté POUR la motion d’orientation et CONTRE le texte stratégique qui, à mon avis, se montre trop frileux sur l’attitude de R&S pour la reconstruction de la gauche et surtout fait de R&S un parti centralisé : j’en ai soupé avec le MRC !

Cette réunion a eu lieu à Rochefort-en-Terre, magnifique cité bretonne. Les débats se sont tenus dans la journée du samedi et du dimanche, tandis que la soirée a permis une rencontre entre la direction nationale de R&S et les dirigeants locaux du FdG.

Ci-dessous quelques photos.

Quelques camarades parisiens

Quelques camarades parisiens

 

Rochefort-a

Rochefort-7 Rochefort-2Rochefort-1

 

Pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine

Le Conseil de Paris demande au Gouvernement la reconnaissance de l’Etat palestinien.

Ci-dessous le voeu voté en séance ce lundi 17 novembre.

fichier pdf voeu33bis

Une belle commémoration dans le 20ème

Une belle et émouvante cérémonie du centenaire du 11 novembre 1914 dans le 20ème. Avec une attention particulière aux combattants étrangers morts pour la France.

Merci au Cabinet de Fred et à Thierry pour la préparation de cette cérémonie.

Merci à Janos pour les photos.

IMG_3086

IMG_2879 IMG_2859IMG_2866 IMG_4000

IMG_3194 IMG_3256

 

Mon grand-père, un de ces nombreux héros silencieux

En ce 11 novembre du centenaire, je pense à mon grand-père que j’adorais.

Il ne parlait jamais de la guerre. C’est bien après sa mort que j’ai découvert un vieux papier jauni précieusement gardé par ma grand-mère : une citation à l’ordre de la brigade pour avoir sauvé des camarades sous le feu ennemi.

C’est aussi ma grand-mère qui nous a raconté, lorsque nous étions gamins, Yves et moi, que notre « pépé » se portait volontaire pour être coursier entre les tranchées. C’était tellement risqué que la hierarchie les respectait et ne les désignait jamais pour faire partie des pelotons qui fusillaient leurs camarades qui se rebellaient contre les ordres imbéciles, contre les offensives inutiles et meutrières. Voila comment et pourquoi, à partir de 1917, en plus de subir tout ce que subissaient les poilus, mon grand-père a préféré courrir la mort si souvent.

Repose en PAIX, pépé !

Remise du prix de la laïcité 2014

Au moment où la laïcité est attaquée de toutes parts, y compris de ministre qui devrait avoir à coeur de la défendre, signalons cette cérémonie qui a lieu annuellement à la Mairie de Paris !

http://www.laicite-republique.org/prix-de-la-laicite-2014-videos-du.html

 

 

 

 

Mon édito dans le numéro d’octobre de RESO

« Illettrées » de Gad, remise en cause des seuils sociaux, « tabous levés » sur l’indemnisation des chômeurs et l’extension du travail du dimanche, remise en cause des 35 heures, cars pour les pauvres, … on ne compte plus depuis deux mois les déclarations tonitruantes des ministres du gouvernement Valls et de Valls lui-même sur ce qui serait des freins à la compétitivité de la France et qui l’empêcherait de réduire son déficit et de retrouver la croissance. Alors que les expériences socio-libérales des Blair, Schröder et autres ont lamentablement échoué : la situation des pays concernés ne s’est pas améliorée au-delà de quelques indicateurs économiques contestables, mais leurs réformes ont toutes eu pour conséquence un affaiblissement des droits des salariés actifs, des chômeurs et des retraités au bénéfice de la rente et de la finance. L’Allemagne elle-même, que l’on nous renvoyait comme modèle, commence à ressentir les effets de sa politique absurde de rigueur budgétaire et d’orthodoxie libérale. Sa volonté d’obliger les pays de l’euro à « libéraliser » leur économie et à réduire leurs déficits à la hussarde a pour conséquence de lui fermer peu à peu les débouchés pour ses produits. Sourds et aveugles, Merkel et son ministre des finances continuent dans une voie qui ne peut que conduire tôt ou tard les entreprises allemandes à s’effondrer, engendrant toujours chômage et misère. Dans les autres pays, la politique austéritaire continue ses effets dévastateurs : loin de se résorber, les déficits et le chômage explosent, les services publics sont démantelés, le tissu social s’effiloche. Résultat : les partis d’extrême-droite triomphent un peu partout, comme en Belgique, où ils occupent désormais une partie importante des postes clés du gouvernement.

Les peuples ne restent pourtant pas sans réagir. Grèves et manifestations se déroulent en Allemagne, en Italie, en Grande Bretagne. En France, les syndicats peinent à mobiliser et pourtant la politique gouvernementale fait de plus en plus de mécontents. L’espoir suscité par la victoire de Hollande en 2012 est retombé.

Au sein de son propre parti, la démarche des « contestataires » trouve un écho non seulement à la base –où certains partent discrètement – mais également dans les sphères intermédiaires et même au sommet : Martine Aubry a fini par sortir du bois, fut-ce comme à son habitude en maniant le froid et le chaud. Ceux qu’on appelle les « frondeurs » n’ont pas renoncé à proposer une autre politique. Des collectifs « Vive la Gauche », dont certains ouverts  à d’autres forces de gauche, se créent. Des amendements communs aux frondeurs, au Front de Gauche et aux Verts sont déposés à l’assemblée lors de la discussion budgétaire. 39 députés socialistes viennent de refuser de voter le budget. Imperturbables, Hollande et Valls poursuivent leur chemin, sourds aux critiques, plus préoccupés par l’adoubement du patronat et les satisfecits espérés de la Commission européenne que du respect des engagements de campagne. Qu’importe pour eux si après les municipales, après les européennes, après les sénatoriales, la gauche venait à perdre départements et régions !

Et la chasse aux empêcheurs de trahir en rond est ouverte. S’il n’est pas interdit de mépriser ouvertement les pauvres –même sans s’en apercevoir, réflexe de classe, n’est-ce pas M. Macron ?-  on sanctionne Fanélie Carrey-Conte en l’excluant de la Commission des Affaires sociales, on instrumentalise un procès contre Gérard Filoche, on invite Benoît Hamon et Aurélie Filippetti à quitter le PS…

Alors peut-on croire encore qu’un sursaut est possible, que la lutte syndicale, politique, associative a encore un sens, qu’on peut encore éviter le précipice et l’effondrement de la gauche pendant de longues années ?

A Résistance sociale, nous pensons qu’ « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ». Notre combat est juste ? Nous le menons ! Nous essayons aussi de tisser des liens pour que l’ensemble de la gauche, la vraie, celle qui se reconnait dans le combat du « mouvement ouvrier » puisse travailler ensemble à ramener, ne serait-ce qu’un peu, le cap à gauche.

Victoire des femmes espagnoles !

avortement-espagne Retrait du projet réactionnaire contre l’avortement en Espagne

Le 1er ministre espagnol a annoncé le retrait de son projet de loi sur l’avortement. Ce texte prévoyait l’interdiction de l’avortement au-delà de 22 semaines de gestation, et, dans tous les cas, imposait un motif jugé « sérieux » (viol, anomalie « incompatible avec la vie », « grave danger pour la santé physique et psychologique de la mère »…).

Une importante mobilisation des femmes espagnoles, de la société espagnole dans son ensemble et une forte solidarité internationale ont fait reculer ce gouvernement réactionnaire, seulement soutenu par la droite catholique et qui se prend des revers électoraux.

Je me réjouis, bien sûr , de cette importante victoire pour le libre droit des femmes à disposer de leur corps… mais restons vigilants : En Espagne, en France et ailleurs, les droits des femmes ne sont jamais acquis à vie !

Vote de confiance : Valls dispose d’une majorité fragile et d’une légitimité en morceaux !

 Une bonne analyse de mon ami Alexis Martinez, R&S77

Finalement, malgré la proximité du vote du budget, Manuel Valls avait décidé d’un discours de politique générale hier mardi 16 septembre. Probablement conçu comme un moyen d’asseoir son autorité par rapport aux éléments critiques de la majorité parlementaire, ce rendez-vous institutionnel a donné lieu à d’innombrables spéculations et à un tir de barrage considérable contre les « frondeurs » du PS, ces députés critiques de la majorité qui réunissent la poignée de députés de l’aile gauche du PS mais aussi une grande majorité de députés PS qui n’en sont absolument pas issus. Voir ces derniers assimilés à l’aile gauche à quelque chose de comique, surtout quand on prend en considération le fait que certains d’entre eux, en 2010 et 2011, étaient de fervents soutiens de Dominique Strauss-Khan, de Martine Aubry, de Ségolène Royal, voire de François Hollande !

Qu’importe, c’est le jeu médiatique, les journalistes et commentateurs ne rendent jamais fidèlement compte des rapports de force et des batailles politiques, qu’elles soient internes ou externes. Reste que la critique de l’orientation politique gouvernementale a permis que soient noués des contacts entre des chapelles du PS extrêmement disparates, ainsi qu’entre ces secteurs critiques du PS et des forces de gauche extérieures au PS, qu’elles soient parties prenantes ou non de la majorité parlementaire. L’événement a une grande portée, il préfigure des recompositions qui peuvent permettre qu’émerge une vraie perspective alternative à gauche, mettant à mal la culture de la fidélité personnelle au président et au premier ministre, autoritarisme inhérent aux institutions du régime de 1958 et renforcé par tout un tas de procédures et de dispositifs, dont le plus pernicieux est probablement le « parlementarisme rationalisé », qui laisse la haute main à l’exécutif.

Lire la suite de ‘Vote de confiance : Valls dispose d’une majorité fragile et d’une légitimité en morceaux !’

A la Fête de l’Humanité…

Samedi 13 septembre : une journée agréablement chargée !

J’ai participé au débat à la fédération de Paris où Anne Hidalgo est venue nous retrouver. Ensuite nous avons été accueillis au stand de la section RATP pour un sympathique déjeuner. L’après-midi s’est poursuivi avec la conférence de Jean-Pierre Fourré sur Jaurès au stand de République & Socialisme. Et la soirée s’est passée au stand de la fédération PCF de l’Indre (!) autour d’un diner berrichon ouvert par un apéritif local : la pousse d’épine :-)

Quelques photos :

Débat stand PCF75-1  Mb-débat75   dej-debat75-standRATP  Conf-JPF-Jaures

 

Débat sur Paris à la Fête de l’Humanité

L’avenir de Paris, un ghetto de riches ?

Je participerai, comme élue républicaine et socialiste au Conseil de Paris,  samedi 13 septembre à 11h, au stand du PCF75 à la Fête de l’Humanité, au débat organisé par le Fédé75 du PCF et le groupe PCF-FdG au Conseil de Paris.

Débat Fête Humanite 2014

Débat Fête Humanite 2014Débat Fête Humanite 2014Débat Fête Humanite 2014

12345...55



MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Saisir le Présent, Construi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement
| meimou